Le vapotage

Le vapotage est à la  hausse car plusieurs le voit comme solution de rechange sécuritaire au tabagisme.  Est-ce exact??

Très populaire chez les jeunes avec un marketing accrocheur, le vapotage n’est pas la panacée miracle en remplacement de la cigarette.  La cigarette électronique est sans doute moins nocive que la cigarette ordinaire; mais elle n’est pas inoffensive pour autant.  Beaucoup d’effets secondaires y sont associés.

Cigarette électronique, e-cigarette, vapoteuse, vaporette sont tous des synonymes.  Le vapotage peut créer de la dépendance.  Il peut introduire de la nicotine dans votre corps, tout comme la cigarette conventionnelle, ce qui donnera envie d’en consommer davantage et entraînera, au bout du compte, une accoutumance et une dépendance physique.

Selon une étude, la e-cigarette déréglerait l’épithélium buccal qui est la première ligne de défense de l’organisme contre le monde extérieur. Ce dérèglement augmenterait notre risque d’infection, d’inflammation et de maladies parodontales.  Une autre étude est prévue pour valider l’augmentation du risque accru de cancers.  Par contre, présentement, aucun lien avec le cancer et les maladies cardio-vasculaires n’a été établi.

La vapoteuse n’est pas uniquement de la vapeur d’eau.  Elle expose les tissus de la bouche et des voies respiratoires aux composés produits par le chauffage de la glycérine végétale, du propylène glycol, des arômes et de la nicotine qu’on retrouve dans le liquide des cigarettes électroniques. En plus, il faut être conscient que les ingrédients contenus  dans les produits de vapotage ne sont pas légiférés pour l’instant au Canada.

La fumée de vapotage, tout comme la fumée de cigarette, contribuerait à la non intégration des implants dentaires.  Une étude démontre que la fumée de cigarette électronique nuirait aux cellules qui assurent l’intégration osseuse des implants dentaires.  Les résultats montrent qu’une seule exposition de 30 minutes à la fumée avec ou sans nicotine réduit de près de la moitié l’abondance des cellules responsables de l’intégration de l’implant.  En plus de compromettre l’ancrage immédiat de l’implant, elle pourrait également compromettre l’ancrage à long terme.

Une réflexion s’impose…

Question ou commentaire

Votre adresse de messagerie et votre téléphone ne seront pas publiés. Les champs obligatoires sont indiqués avec un astérisque (*).